Communiqués de presse

Communiqué de presse : Droit de réponse des Elus Nouvel R au communiqué signé par Alain Royer et paru sur le site internet de la commune www.treillieres.fr - rubrique « MON ACTU - Communiqués de presse »

Mis en ligne le

Droit de réponse des Elus Nouvel R au communiqué signé par Alain Royer et paru sur le site internet de la commune www.treillieres.fr - rubrique « MON ACTU - Communiqués de presse »

"ENFIN   !

Par deux fois cet été, les 25 août et 9 septembre 2021, nous avons écrit au maire de Treillières en tant qu'élus Nouvel R, pour demander un droit de réponse à son propre communiqué de presse, paru sur le site internet de la commune le 13 juillet précédent. Il ne nous a jamais répondu.

Nous sommes alors intervenus lors du conseil municipal du 27 septembre dernier. Nous avons été très clairs : sans ce droit de réponse, nous nous réservions la possibilité d'entamer toute action nécessaire pour faire respecter la loi et la jurisprudence.

Le lendemain du conseil municipal, M. Royer consentait enfin à nous accorder ce droit de réponse.

Revenons sur ce communiqué d'Alain Royer du 13 juillet.

Quelle n'a pas été notre surprise de voir un tel communiqué mis sur le site internet de la commune ! Rien à voir avec un communiqué de presse habituel d'un maire informant ses concitoyens sur le fonctionnement ou sur les activités de sa commune !

En réalité, il s'agissait tout bonnement d'un tract. D'un tract partisan comme on peut en trouver lors des campagnes électorales, qui n'avait donc pas à figurer sur le site de la commune. Ce que rappelait d'ailleurs Maître Placidi, invité par Yvon Lerat, lors de sa conférence à l'ensemble des élus de la communauté de communes d'Erdre et Gesvres le 22 mai 2019 : « La communication institutionnelle est soumise à un impératif de neutralité. Une publication locale ne peut servir à promouvoir un élu ou un groupe d'élus ».

Tout l'inverse du communiqué d'Alain Royer qui n'avait qu'un seul objectif : lui permettre de se justifier sur les trop nombreuses démissions d'adjoints, accuser ses anciens adjoints tout comme l'opposition d'être responsables de tous les maux et survaloriser ce qui reste de sa propre équipe.

En clair, tout serait donc de la faute « des autres » !

« Les autres », ce sont d'abord ses ex-coéquipiers et plus particulièrement ses adjoints qui ont pris la décision de démissionner. Une fois partis, ceux-ci ont tous les torts. Premièrement, c'était des ambitieux: « Les uns et les autres aspirant à d'autres fonctions », « leur mise en minorité a sonné le glas de leurs aspirations ». Deuxièmement : ils étaient soit trop engagés, soit pas à la hauteur. « Un costume trop grand à porter » : n'ayant qu'« une jeune expérience d'élu », l'un d'entre eux « aurait pris conscience que l'idéologie et le militantisme ne sont pas forcément bons conseillers ». Troisièmement : un dernier « s'est démarqué du reste du groupe par sa position sur différents sujets », «  tant sur la gouvernance que sur la suite à donner ».

« Les autres », ce sont encore les élus d'opposition Nouvel R. Monsieur Royer évoque les « attaques incessantes par voie de presse de l'équipe minoritaire à la recherche d'un nouveau souffle ». Des propos pour le moins contestables, voire insultants sinon diffamatoires.

Face à de tels propos qui n'auraient jamais dû figurer sur le site internet de la commune, impossible pour Alain Royer de ne pas nous accorder un droit de réponse dans les mêmes conditions.

Sur le fond, comment peut-on affirmer, comme le font Alain Royer et son équipe que, quel que soit ce qu'il se passe, tout serait « de la faute des autres » ?

Être à ce point dans le déni semble incompréhensible pour de plus en plus de treillérains.

Dans le déni et le mensonge puisque dans le dernier magazine municipal, les mêmes ont affirmé que pendant tout le mandat de l'ancien maire Emile Savary et son équipe (de 2001 à 2012), rien n'a été fait : tout était « à l'abandon » , « sans services à la population et avec des finances lamentables » !

Pour résumer : d'un côté, ni les ex-adjoints, ni les élus d'opposition, ni l'ancien maire Emile Savary et ses équipes, n'échappent aux vives critiques d'Alain Royer ; de l'autre côté, celui-ci ne cesse de vanter les mérites de « son équipe de qualité » qu'il qualifie même de « sur-compétente dans chaque délégation ».

Pour finir par évoquer un possible complot, en parlant de « Treillières, cette commune si dynamique qu'elle attise les convoitises et réveille les égos » !

Complot au sein de la commune, complot aussi alors à la communauté de communes, puisqu'Alain Royer vient de démissionner du conseil communautaire après avoir été mis en cause personnellement par de nombreux maires d'Erdre et Gesvres ?

Un complot alors que depuis 18 mois son équipe « sur-compétente » est remaniée tous les 3 mois !

Nous laissons chaque treilliéraine et treilliérain se faire sa propre opinion."

Cliquez sur le document pour accéder au communiqué :